Ma pierre à l’édifice.

  • Le contact que j’entretiens avec l’association :

En 2004, j’ai contacté l’association Pousse de Bambou afin d’avoir mon premier filleul.

Je suis donc adhérente et marraine depuis 2004. Je ne suis pas vraiment bénévole, mais de temps en temps j’essaie d’apporter mon aide à l’association. Même si je ne suis pas près de La Rochelle, j’essaie dans la mesure de mon possible de faire connaître l’association autour de moi et je suis même parvenue à recruter une dizaine de marraines tout au long de ces années.

Si je viens en aide à cette association, c’est tout simplement que ma Maman est Vietnamienne et j’ai encore de la famille dans le Sud du Vietnam. J’ai une passion pour le pays de mes origines et suis particulièrement touchée par tous ces enfants.

Si j’habitais plus près du siège de l’association, je me serai volontiers proposé pour aider davantage ou au bureau ou dans les diverses manifestations.

  • Ma vision de l’association :

J’ai l’impression d’apporter modestement une petite pierre à l’édifice de Pousse de Bambou.

Cette association me permet, à mon niveau, d’aider les deux familles de mes filleules et ponctuellement la Maison d’Amour.

L’association représente pour certaines familles une vraie bouée de sauvetage. En aidant ces enfants à poursuivre leurs études, ils pourront à leur tour, à plus ou moins long terme, aider le reste de la famille.

  • Mon expérience avec le parrainage :

Actuellement, j’ai deux filleules et cela depuis 2007. Auparavant, j’avais un petit filleul de 2004 à 2007. La famille de mon premier filleul, avec qui j’étais très proche, l’a déscolarisé et j’ai dû arrêter mon parrainage. Cet enfant n’étant donc plus scolarisé, les sœurs de la Maison d’Amour m’ont demandé de reporter mon parrainage sur une autre petite fille CHAU. Ensuite, lors d’une visite à Thu Duc, elles m’ont demandé si je connaissais quelqu’un pour parrainer une autre petite fille KIEU. Cette petite fille était craquante et nous l’avons également parrainé et nous ne l’avons jamais regretté.

Nous aidons ces enfants et familles comme nous le pouvons, en plus du versement régulier, nous leur envoyons une petite somme à Noël qui je pense, est bienvenue au moment des fêtes. Nos deux filleules poursuivent leurs études et nous sommes très fiers d’elles.

Le lien que nous avons avec nos filleules est très bien entretenu puisque nous nous écrivons régulièrement et avons la chance de nous voir régulièrement. En effet, nous nous voyons à peu près tous les deux ans, ayant de la famille dans le Sud du Vietnam, chez qui nous nous rendons.

  • Pourquoi aider Pousse de Bambou ?  

Choisir Pousse de Bambou n’a pas été compliqué car cette association me permettait non seulement de parrainer, mais aussi de partager avec les filleules et les sœurs s’occupant de nos enfants parrainés.

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en rentrant à Pousse de Bambou, mais je suis vraiment satisfaite de cette association ainsi que de tous les contacts que nous avons pu créer.

C’est sans hésitation que je recommencerais. Nous recevons beaucoup plus que ce que nous donnons.

  • Mes conseils :

Si vous ne savez pas comment passer le cap du parrainage, sur le site de Pousse de Bambou tout y est indiqué. Ou bien contactez notre présidente qui est toujours à l’écoute.

Pour une association, ce qu’il y a de plus important c’est l’assiduité et le sérieux des adhérents, tout ce que nous pouvons retrouver avec Pousse de Bambou.

  • Quelques informations personnelles :

J’ai une Maman Vietnamienne, trois enfants et quatre petits-enfants. Je fais tout pour qu’ils aiment aussi ce beau pays qui a beaucoup souffert. J’ai une passion pour ce pays, et j’ai la chance de pouvoir y aller régulièrement.

J’ai connu l’association il y a quelques années, quand le siège de cette dernière était basé dans l’Est de la France, mes sœurs résidant dans cette même région avaient entendu parler en bien de Pousse de Bambou. Si je me suis engagée c’est parce que j’avais de bons échos sur le sérieux de cette association et son fonctionnement me convenait très bien.

 

Mireille.